Les mobiles sont le tabagisme du 21√ɬ®me si√ɬ®cle; ils ont besoin d’avis de sant√ɬ©

Geoffrey Lean rapporte que les recherches sur le lien entre l’utilisation r√ɬ©guli√ɬ®re du portable et la maladie r√ɬ©v√ɬ®lent que les risques s’√ɬ©l√ɬ®vent de mani√ɬ®re significative apr√ɬ®s 10 ans, malgr√ɬ© l’assurance officielle qu’il est sans risque.
Utiliser le t√ɬ©l√ɬ©phone portable pendant plus de 10 ans augmente le risque d’avoir un cancer du cerveau, selon la plus large √ɬ©tude sur les risques finalement publi√ɬ©e.

L’√ɬ©tude — qui contredit les d√ɬ©clarations officielles sur l’absence de risque d’√ɬ™tre malade — a constat√ɬ© que les gens qui ont eu des t√ɬ©l√ɬ©phones pendant dix ans ou plus sont aussi deux fois plus susceptible d’avoir une tumeur maligne du c√ɬīt√ɬ© du cerveau o√ɬĻ ils tiennent le combin√ɬ©.

Les scientifiques qui ont conduit la recherche disent qu’utiliser un mobile pendant juste une heure chaque jour ouvrable suffit √ɬ† augmenter le risque — et que la norme internationale utilis√ɬ©e pour prot√ɬ©ger les utilisateurs contre l’√ɬ©mission de rayonnement √ā¬ę n’est pas bonne et doit √ɬ™tre r√ɬ©vis√ɬ©e. √ā¬Ľ

Ils concluent √ɬ† la √ā¬ę n√ɬ©cessit√ɬ© de prudence dans l’utilisation du t√ɬ©l√ɬ©phone portable √ā¬Ľ et pensent que les enfants, qui sont particuli√ɬ®rement vuln√ɬ©rables, devraient √ɬ™tre incit√ɬ©s √ɬ† ne pas les utiliser du tout.

Parenth√ɬ®se avec le film de Joaquina Ferreira, ¬ę¬†sommes nous tous des cobayes¬†¬Ľ



L’√ɬ©tude, publi√ɬ©e dans la derni√ɬ®re question du journal Occupational Environmental Medicine approuv√ɬ© par un comit√ɬ© de lecture, est importante parce qu’elle met d’accord la recherche et les gens qui ont utilis√ɬ© le t√ɬ©l√ɬ©phone suffisamment longtemps pour contracter une maladie.

Les cancers prennent au moins 10 ans — et normalement beaucoup plus longtemps — pour se d√ɬ©velopper mais, comme le t√ɬ©l√ɬ©phone portable s’est en fait r√ɬ©pandu r√ɬ©cemment et rapidement, relativement peu de gens l’ont utilis√ɬ© aussi longtemps.

L’assurance officielle sur l’innocuit√ɬ© du t√ɬ©l√ɬ©phone a √ɬ©t√ɬ© √ɬ©tablie sur une recherche qui incluait au mieux seulement quelques personnes qui ont √ɬ©t√ɬ© expos√ɬ©es au rayonnement assez longtemps pour avoir une maladie, et est donc de peu ou d’aucune valeur pour √ɬ©valuer les risques r√ɬ©els.

Le mois dernier en Grande-Bretagne, la plus grande recherche sur les risques sanitaires de la technologie, le programme T√ɬ©l√ɬ©communication Mobile et Recherche sur la Sant√ɬ© (MTHR) — financ√ɬ© par des √ā¬ę sources gouvernementales et de l’industrie √ā¬Ľ — signalait que les √ā¬ę t√ɬ©l√ɬ©phones portables ne se sont av√ɬ©r√ɬ©s √ɬ™tre associ√ɬ©s √ɬ† aucun effet biologique ou de sant√ɬ© d√ɬ©favorable. √ā¬Ľ [1]

Mais son pr√ɬ©sident, le professeur Lawrie Challis, a admis que seule une petite partie des recherches avait couvert les gens qui ont utilis√ɬ© le t√ɬ©l√ɬ©phone pendant plus d’une d√ɬ©cennie. Il a averti : √ā¬ę Nous ne pouvons pas √ɬ©liminer la possibilit√ɬ© √ɬ† ce stade que le cancer puisse appara√ɬģtre dans quelques ann√ɬ©es. √ā¬Ľ

Il a dit que l’enqu√ɬ™te avait d√ɬ©couvert √ā¬ę une tr√ɬ®s l√ɬ©g√ɬ®re allusion √ā¬Ľ d’un plus grand nombre de tumeurs du cerveau chez ceux sont expos√ɬ©s depuis plus de 10 ans, et a appel√ɬ© √ɬ† davantage de recherche.

La nouvelle √ɬ©tude — dirig√ɬ©e par deux Su√ɬ©dois, le professeur Lennart Hardell de l’h√ɬīpital de l’Universit√ɬ© d’Orebro et le professeur Kjell Hansson Mild de l’Universit√ɬ© d’Umea, travaillant aussi au comit√ɬ© de gestion du programme MTHR — va de quelque mani√ɬ®re pr√ɬ©senter des imperfections.

Les scientifiques ont rassembl√ɬ© les r√ɬ©sultats des 11 √ɬ©tudes qui enqu√ɬ™taient jusqu’ici sur la fr√ɬ©quence des tumeurs chez les gens qui ont utilis√ɬ© le portable pendant plus d’une d√ɬ©cennie, en se servant des recherches en Su√ɬ®de, au Danemark, en Finlande, au Japon, en Allemagne, aux USA et en Grande-Bretagne. Ils ont constat√ɬ© que presque toutes avaient d√ɬ©couvert un accroissement des risques, surtout du c√ɬīt√ɬ© de la t√ɬ™te o√ɬĻ les gens √ɬ©coutent leur combin√ɬ©.

Cinq des six √ɬ©tudes sur les tumeurs malignes cervicales, le cancer des cellules gliales, qui soutiennent et prot√ɬ®gent les cellules nerveuses, ont trouv√ɬ© une augmentation des risque. Une seule n’a toujours pas trouv√ɬ© d’augmentation des tumeurs cervicales b√ɬ©nignes. Quatre des cinq √ɬ©tudes qui ont consid√ɬ©r√ɬ© les n√ɬ©vromes acoustiques — b√ɬ©nins mais ces tumeurs ab√ɬģment souvent le nerf auditif, causant d’habitude la surdit√ɬ© — en ont trouv√ɬ©. L’exception se fondait sur seulement deux cas de maladie, mais constatait toujours que les utilisateurs √ɬ† long terme avaient de plus grandes tumeurs que les autres.

Les scientifiques ont assembl√ɬ© les r√ɬ©sultats de toutes les √ɬ©tudes pour les analyser collectivement. Il en est sorti que les gens qui ont utilis√ɬ© leur t√ɬ©l√ɬ©phone pendant une d√ɬ©cennie ou plus sont 20 pour cent plus susceptibles de contracter un n√ɬ©vrome acoustique, et 30 pour cent plus susceptibles d’avoir une tumeur maligne cervicale.

Le risque est encore plus grand du c√ɬīt√ɬ© de la t√ɬ™te o√ɬĻ est utilis√ɬ© combin√ɬ© : les utilisateurs √ɬ† long terme sont deux fois plus susceptibles d’avoir une tumeur maligne cervicale, et deux et demi fois plus susceptibles d’avoir un n√ɬ©vrome acoustique que les autres.

Les scientifiques concluent : √ā¬ę Les r√ɬ©sultats de la pr√ɬ©sente √ɬ©tude sur l’utilisation du t√ɬ©l√ɬ©phone portable pendant plus de 10 ans donnent un mod√ɬ®le coh√ɬ©rent de risque accru pour les n√ɬ©vromes acoustiques et les tumeurs malignes cervicales. √ā¬Ľ Ils ajoutent, √ā¬ę L’augmentation des risques pour les autres types de tumeurs cervicales ne peut pas √ɬ™tre √ɬ©limin√ɬ©e. √ā¬Ľ

Les professeurs Hardell et Mild ont aussi men√ɬ© √ɬ† bien eux-m√ɬ™mes certains des travaux originaux les plus vastes sur les tumeurs chez les utilisateurs de longue dur√ɬ©e du t√ɬ©l√ɬ©phone portable et ils ont trouv√ɬ© des r√ɬ©sultats bien plus alarmants. Leur recherche sugg√ɬ®re qu’ils sont plus de trois fois plus susceptibles d’avoir des tumeurs malignes cervicales que les autres, et presque cinq fois plus susceptibles de les avoir du c√ɬīt√ɬ© de la t√ɬ™te o√ɬĻ ils ont tenu le t√ɬ©l√ɬ©phone. Pour les n√ɬ©vromes acoustiques ils ont trouv√ɬ© respectivement trois fois et trois et demi fois plus d’augmentation des risques.

Ils ont aussi effectu√ɬ© la seule √ɬ©tude sur les effets de l’usage de longue dur√ɬ©e du t√ɬ©l√ɬ©phone sans fil, et ont trouv√ɬ© aussi une augmentation de ces deux genres de tumeurs. Leur recherche sugg√ɬ®re que l’utilisation d’un t√ɬ©l√ɬ©phone mobile ou sans fil pendant juste 2.000 heures — moins d’une heure chaque jour ouvrable pendant 10 ans — soit suffisante pour augmenter les risques.

Le professeur Mild a dit √ɬ† l’Independent dimanche : √ā¬ę Je trouve assez √ɬ©trange de voir tant de pr√ɬ©sentations officielles disant qu’il n’y a aucun risque. Il y a de fortes indications que quelque chose se produit apr√ɬ®s 10 ans. √ā¬Ľ Il a soulign√ɬ© que les cancers cervicaux sont rares : ils constituent moins de 2 pour cent des principales tumeurs en Grande-Bretagne, bien qu’ils soient mortels d’une fa√ɬßon disproportionn√ɬ©e, causant 7 pour cent des ann√ɬ©es de vie perdues en maladie. √ā¬ę Chaque cancer figure en beaucoup trop grand nombre, √ā¬Ľ a-t-il dit.

Il a dit qu’il utilise le t√ɬ©l√ɬ©phone portable le moins possible, et invite les autres √ɬ† utiliser l’√ɬ©quipement mains libres et √ɬ† faire seulement des appels brefs, r√ɬ©servant les plus longs aux t√ɬ©l√ɬ©phone filaire. Il a dit aussi que le mobile ne devrait pas √ɬ™tre donn√ɬ© aux enfants, dont le cr√ɬĘne plus mince et le syst√ɬ®me nerveux en d√ɬ©veloppement les rend particuli√ɬ®rement vuln√ɬ©rables.

Le danger peut m√ɬ™me √ɬ™tre plus grand que le sugg√ɬ®re la nouvelle √ɬ©tude, comme le dit le professeur Mild, 10 ans est la p√ɬ©riode √ā¬ę minimum √ā¬Ľ requise pour le d√ɬ©veloppement du cancer. Comme il lui faut normalement beaucoup plus de temps, un beaucoup plus grand nombre seraient susceptibles de frapper les utilisateurs de longue dur√ɬ©e apr√ɬ®s 15, 20 ou 30 ans — ce qui porte √ɬ† craindre qu’une √ɬ©pid√ɬ©mie puisse se d√ɬ©velopper dans les prochaines d√ɬ©cennies, en particulier chez les jeunes d’aujourd’hui.

D’autre part, le professeur pr√ɬ©cise que la quantit√ɬ© de rayonnement √ɬ©mis par le t√ɬ©l√ɬ©phone a diminu√ɬ© consid√ɬ©rablement depuis la venue des premiers sur le march√ɬ©, il y a plus de dix ans, ce qui sugg√ɬ®re que l’exposition et les risques devraient aussi baisser. Mais il recommande toujours de choisir les t√ɬ©l√ɬ©phones qui d√ɬ©gagent le moins de rayonnement possible (voir ci-dessous), et a remarqu√ɬ© que les gens sont maintenant aussi expos√ɬ©s √ɬ† beaucoup d’autres sources de rayonnements, telles que les pyl√ɬīnes et les syst√ɬ®mes Wi-Fi [2], bien que ceux-ci √ɬ©mettent beaucoup moins que les combin√ɬ©s mobiles.

L’Agence Officielle de Protection Sanitaire de Grande-Bretagne — qui a adopt√ɬ© une position prudente sur l’affirmation que le rayonnement des t√ɬ©l√ɬ©phones portables, de leurs pyl√ɬīnes et les installations Wi-Fi peuvent endommager la sant√ɬ© — admet que l’√ɬ©tude √ā¬ę peut √ɬ™tre r√ɬ©v√ɬ©latrice √ā¬Ľ d’un risque, mais dit que de √ā¬ę ce genre d’analyses ne peut pas √ɬ™tre concluante. √ā¬Ľ

L’Association des Op√ɬ©rateurs du Mobile disent : √ā¬ę Ce ne sont pas des donn√ɬ©es nouvelles pour l’Organisation Mondiale de la Sant√ɬ© et les nombreux comit√ɬ©s scientifiques d’experts ind√ɬ©pendants qui d√ɬ©clarent qu’il n’y a aucun risque sanitaire av√ɬ©r√ɬ© √ɬ† utiliser les t√ɬ©l√ɬ©phones portables conformes aux directives internationales. √ā¬Ľ

Les deux c√ɬīt√ɬ©s conviennent du besoin de davantage de recherche. Le professeur Mild a dit qu’un lien possible entre le t√ɬ©l√ɬ©phone portable et la maladie d’Alzheimer devrait aussi √ɬ™tre v√ɬ©rifi√ɬ©, depuis que √ā¬ę nous avons des indications que ce pourrait √ɬ™tre un probl√ɬ®me, √ā¬Ľ de m√ɬ™me qu’un lien possible √ɬ† la :maladie de Parkinson, √ā¬ę ce qui ne peut pas √ɬ™tre exclu. √ā¬Ľ

En attendant, les scientifiques veulent une r√ɬ©vision de la norme d’√ɬ©mission des mobiles et des autres sources de rayonnement, qu’ils d√ɬ©crivent comme √ā¬ę inad√ɬ©quate √ā¬Ľ et √ā¬ę non s√ɬĽre √ā¬Ľ. La norme internationale est juste con√ɬßue pour emp√ɬ™cher le r√ɬ©chauffement nocif du tissu vivant ou l’induction de courants √ɬ©lectriques dans le corps — et ne prend pas en compte le risque d’avoir le cancer.

Les professeurs Hansen et Mild travaillent dans le BioInitiative Working Group international des principaux scientifiques et experts en sant√ɬ© publique, qui a √ɬ©mis cet √ɬ©t√ɬ© un rapport d’alerte sur la norme qui est des √ā¬ę milliers de fois trop permissive. √ā¬Ľ

Le rapport de BioInitiative ajoutait : √ā¬ę Il a √ɬ©t√ɬ© √ɬ©tabli au del√ɬ† du doute raisonnable que des effets de sant√ɬ© d√ɬ©favorables se produisent aux plus bas niveaux d’exposition… certains √ɬ† plusieurs milliers de fois en-dessous des limites de s√ɬ©curit√ɬ© existantes. √ā¬Ľ Il a aussi averti qu’√ɬ† moins que cela soit corrig√ɬ© il pourrait y avoir √ā¬ę des probl√ɬ®mes de sant√ɬ© publique √ɬ† caract√ɬ®re global √ā¬Ľ.
√É‚Äįtude de cas : √ā¬ę Les mobiles sont le tabagisme du 21√ɬ®me si√ɬ®cle ; ils ont besoin d’avis de sant√ɬ© √ā¬Ľ

Neil Whitfield, p√ɬ®re de 49 ans de six enfants, a d√ɬ©velopp√ɬ© un n√ɬ©vrome acoustique en 2001 apr√ɬ®s des ann√ɬ©es d’usage intensif du t√ɬ©l√ɬ©phone portable, du c√ɬīt√ɬ© gauche de la t√ɬ™te, sur lequel il tenait son combin√ɬ©. Il dit qu’il n’avait aucun ant√ɬ©c√ɬ©dent familial de la maladie et que quand il a demand√ɬ© √ɬ† un sp√ɬ©cialiste ce qui l’avait provoqu√ɬ©e, le docteur lui a demand√ɬ© s’il utilisait un mobile.

√ā¬ę J’√ɬ©tais facilement dessus quatre heures par jour, √ā¬Ľ dit-il. √ā¬ę Quand je le tenais contre ma t√ɬ™te, je pouvais sentir mon oreille devenir chaude. √ā¬Ľ

Il ajoute qu’il a compl√ɬ®tement perdu l’audition de l’oreille gauche et a √ɬ©t√ɬ© en cong√ɬ© pendant 12 mois. Incapable de retourner √ɬ† son ancien travail dans le marketing, il est devenu professeur, subissant une baisse de revenu de 20.000 livres.

√ā¬ę √ɂİa a eu un effet d√ɬ©vastateur sur ma famille, √ā¬Ľ dit-il. √ā¬ę Le t√ɬ©l√ɬ©phone portable est le tabagisme du 21√ɬ®me si√ɬ®cle ; il devrait y avoir sur eux un avis pour la sant√ɬ©. Vous n’ach√ɬ®teriez jamais un paquet de cigarettes pour un enfant, mais nous leur donnons des mobiles qui peuvent leur faire du mal. √ā¬Ľ
Avertissement : votre modèle pourrait être dangereux

L’irradiation, montr√ɬ©e en tant que Taux d’Absorption Sp√ɬ©cifique (SAR), varie largement dans les divers mod√ɬ®les. Les fabricants et le gouvernement ont ignor√ɬ© le rapport Stewart qui recommandait qu’elle soit clairement indiqu√ɬ©e sur les t√ɬ©l√ɬ©phones. Il est donc difficile de la trouver, bien que le catalogue de Carphone Warehouse [le plus grand d√ɬ©taillant de t√ɬ©l√ɬ©phonie mobile en Europe, NDT] l’indique. Une liste facilement accessible de t√ɬ©l√ɬ©phones et leur irradiation est publi√ɬ©e en Allemagne, dans laquelle les mod√ɬ®les √ɬ† bas rayonnement, d√ɬ©finis par un SAR de 0,6 ou moins, sont favoris√ɬ©s.

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info

source Alter Info

article original en anglais

Tagués avec : , , , ,
Un commentaire sur “Les mobiles sont le tabagisme du 21√ɬ®me si√ɬ®cle; ils ont besoin d’avis de sant√ɬ©
  1. katsoura dit :

    ¬ę¬†On connait les risques mais on s’en fou. Y a plein de trucs mauvais, pourquoi on se ferait de la bile plus pour les GSM¬†¬Ľ. (Julien, 15 ans). 95% des ados ont leur mobile ! Seule note positive c’est qu’ils ne s’en servent pas pour t√ɬ©l√ɬ©phoner mais pour envoyer des SMS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*